Tous les articles par dugrez

Des idées pour l’agriculture

Moratoire sur les terres agricoles :
Interdiction de détruire des terres fertiles pour quelques travaux que ce soit.
Revenu de base pour les agriculteurs :
Attribuer un revenu aux agriculteurs qui s’engagent à entretenir l’environnement sur la base de ce qui existe déjà au niveau de l’europe pour les zones NATURA 2000.
Aides à l’installation :
Garantir par des prêts à 0% pour l’installation des jeunes agriculteurs (ex: quel revenu pour un jeune qui crée son exploitation dans une filière de race à viande (il faut 4 à 5 ans avant de voir le fruit de son travail.
Encourager la transformation des matières premières au sein de l’exploitation.
Favoriser l’installation de bouchers dans les villes moyennes et de lieux coopératifs de distribution dans des filières courtes.

Réforme des institutions

Présidence de la république:
Pourquoi ne pas élire un binôme H/F ou F/H. Le vice président aurait la charge de diriger l’exécutif dans le domaine de la politique intérieure. (Suppression de la fonction de 1er ministre sans légitimité électorale qui sert de fusible au moindre problème ) .Le président aurait la charge des relations extérieures et serait le garant du bon fonctionnement des institutions.
Le binôme H/F permettrait ainsi à des femmes d’avoir un jour la possibilité d’accéder à la présidence de la république!!
Assemblée nationale:
Diminution du nombre de députés suivant un calcul « un député pour 200.000 hbts » . Pour une bonne répartition sur le territoire le nombre de 351 parait être une bonne jauge (économie13M€/A).
L’élection se ferait par liste paritaire H/F sur le principe des élections régionales, à la proportionnelle avec une part majoritaire.
Alignement des indemnités sur la grille de la fonction publique (ainsi il serait soumis au même régime d’augmentation que la fonction publique.
Suppression des permanences sur le modèle actuel (les députés ne sont pas en charge de régler les problèmes individuels il y a des services publiques) Imaginer un autre modèle de relation avec les élus, les citoyens, les associations, les syndicats….pour en finir avec le clientélisme.
Dans le même esprit supprimer la réserve parlementaire et reverser cette somme aux régions (87 M€/A).
Remboursements des frais sur justificatifs et contrôle de toutes les dépenses
Alignement des retraites sur le régime générale et suppression des dégrèvements fiscaux.
Les attaché(e)s parlementaires seront recrutés sur des critères de diplômes. Ils seront recrutés par l’assemblée sur proposition de l’élu(e) et rémunérer en fonction des grilles de salaires de la fonction publique (si les critères sont respectés pourquoi interdire l’accès à cette fonction aux conjoints)
Chaque député devra fournir chaque année aux citoyens de son territoire un compte-rendu de son activité parlementaire.
Redonner le pouvoir à l’assemblée de « faire » la loi en y associant tous les partenaires nécessaires (corps intermédiaires, citoyens)
Cette avancée serait un signe positif pour les citoyens d’un changement de pratiques.
Sénat :
Suppression du sénat ou tout au moins une diminution importante du nombre de sénateurs.
Application des mêmes critères que pour l’assemblée nationale.
CESE :
Suppression du conseil économique, social et environnemental national.
Évolution des CESE régionaux avec une plus grande représentation citoyenne.
Régions :
Diminution du nombre d’élus de 30%( la réunion des régions n’a pas diminué le nombre des élus. on a simplement additionné les assemblées.
Communes :
Suppression des communes et autres inter-communautés comme structures administratives. On ne garde que les cantons ruraux d’avant la réforme de 2013. Les cantons sont en général dotés de structure de service publique (école, poste, collège, gendarmerie, structure médicale, commerces, structures sociaux culturelles). En supprimant les cantons dans les métropoles ils resterait environ 3200 entité administratives.

Il faudra beaucoup de courage à celui qui entamera ce chantier.

Comment sauver notre agriculture?

Lydia et Claude Bourguignon effectuent un travail exceptionnel pour la promotion d’une agriculture propre et durable.

Claude Bourguignon est un ingénieur agronome formé à l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) qui a ensuite rompu avec cet organisme d’Etat en raison de divergences d’opinion. Il fonde avec sa femme Lydia, en 1990, le LAMS (Laboratoires d’analyses microbiologiques des sols), totalement indépendant. Il s’agit aujourd’hui d’un des rares organismes mondiaux à étudié la microbiologie des sols, c’est-à-dire comme fonctionne un sol pour permettre à la vie végétale de se développée à sa surface.

Le couple Bourguignon, forts de leur expérience, conseillent aujourd’hui les agriculteurs en France mais aussi à travers le monde à réhabilité les sols pour une agriculture durable et sans engrais chimiques. Ils se battent inlassablement contre certaines habitudes destructrices comme le labour et sont parfois bien seuls face au lobby de l’industrie de l’agrochimie. Ils réalisent également de nombreuses conférences afin de sensibiliser les agriculteurs mais aussi le grand public à la nécessité de faire évoluer les pratiques agricoles.

Eléctions départementales

Nous allons voter les 22 et 29 mars pour élire les nouveaux conseillers départementaux qui remplacent les anciens conseillers généraux.
La loi a été votée le 10 mars après le passage au sénat et le dépôt d’amendements elle sera définitivement adoptée en juillet  soit 4 mois après les élections. Le projet de redistribuer les compétences  de la gestion des collèges et des routes aux régions a avorté, il ne reste que les transports scolaires qui iront dans le giron des régions, en attendant les amendements qui ne vont pas manqués .
Les électeurs ne se retrouvent pas dans le redécoupage des cantons.
Nous allons élire un binôme Homme/Femme ou Femme/Homme pour établir la parité au sein de l’assemblée départementale. Cela doit générer des économies, mais il semble qu’il y aura plus de conseillers départementaux que de conseillers généraux. Mais il faut préserver le financement des partis avec la part des indemnités des élus qui est reversée.
Avant la loi il y avait 1 conseiller par canton, maintenant il y a 2 conseillers pour 2 cantons réunis en 1 seul. Ou est l’économie ?comment vont se répartir les rôles ? Le sociale aux femmes, la voirie aux hommes !!Pourquoi ne pas avoir fait une alternance H/F en attribuant les cantons pairs aux hommes et les impairs aux femmes ou inversement. Il y avait une véritable économie. A terme les cantons « métropolitains » ont vocation à disparaître. Si on ajoute une campagne médiatique famélique le taux d’abstention devrait battre des records.
La réforme territoriale  se fait en petit comité aux bénéfices de quels intérêts?  sans débat citoyens.
Pourquoi recréer un étage supplémentaire au mille-feuille avec les regroupement de commune alors que  dans les zones rurales le canton pourrait se substituer administrativement aux communes qui le composent en devenant une  communauté de communes .
C’est dans le canton que sont implantés le collège, le groupe scolaire, le bureau de poste, la gendarmerie même si elle disparaît souvent du paysage, la plupart des commerces et des services (service de santé, supérette, coiffeur, banques, assureurs, garagistes…). les représentants de ces communautés de communes siégeraient au sein d’une assemblée qui aurait pour mission de défendre les intérêts des zones rurale vis à vis de la région et de la métropole.

En attendant ce sont les extrêmes qui se développent

Le métro à Labège ?

La bataille est déclenchée !!

D’un coté Jean-Luc Moudenc qui défend sa 3éme ligne de métro et de l’autre coté les défenseurs de la prolongation de la ligne B jusqu’à Labège.
Jean-Luc Moudenc défend la 3éme ligne de métro par le fait qu’elle relierait Labège à Matabiau et à Blagnac  (Coût évalué : 1,5 Mrd€)

Claude Ducert le président du Sicoval défend le prolongement de la ligne B jusqu’à Labège. (Coût évlué : 370 M€)

Avec le seul prolongement de la ligne B ces liasons sont possibles
-Labège/Blagnac par la ligne B et la ligne Envol du TRAM avec un changement à Palais de Justice. (45mn)
-Labège/Matabiau par la ligne B et la Ligne A avec changement à Jean Jaurès (environ 25mn)

Les financements :
La 3éme ligne de métro : 1,5 Milliard ?
Une prévision de mise en service : 2025/2030

Le prolongement de la ligne B : 370 M€ .
-Conseil général : 80M€
-Sicoval : 141M€
-Tisséo : 141 M€
– Etat : 20,5M€
11M€ sont déjà engagés dans les études.
Une prévision de mise en service :2019

Doublement des quais de 5 stations :Basso Cambo, Mermoz, Fontaine-Lestang, Patte d’Oie et Jaurès
Coût estimé : 330M€

Projet AéroTRAM
Coût estimé : 44M€ 

Ces trois projets représentent la moitié de la 3éme ligne de métro avec des délais de livraison de 5 ans si tout le monde se met d’accord rapidement. Et il y a encore beaucoup de possibilités pour améliorer rapidement les déplacements des Toulousains

Arrêtez les querelles de chapelle, n’oubliez-pas Mesdames et Messieurs les élus que les investissements que vous réalisés sont le fruit des impôts des citoyens Toulousains.

Effet élection ?

Bientôt 1 an que la nouvelle municipalité est aux commandes. Pas beaucoup de changements pour notre quartier de la Croix de Pierre.
Beaucoup de discours et peu d’actes, une concertation de communication.
Est-ce l’arrivée du printemps ? Le fait est qu’il y a une accélération des réunions des groupes de travail concernant l’urbanisme, la circulation, l’animation du quartier. Groupes sollicités au début du mois de décembre lors de la réunion de secteur. Voilà déjà 3 mois!!
Les élections départementales des 22 et 29 mars arrivent à grand pas et M° Franck Biasotto est candidat pour l’UMP sur notre canton. Y-a-t-il relation de cause à effet ?
De plus les acteurs associatifs membres du bureau de secteur ont reçu de la part de la mairie et de M° Biasotto des invitations pour assister à des matchs des Spacer’s volley.
A l’approche des élections tout devient possible !!

LA RESERVE PARLEMENTAIRE

La réserve parlementaire c’est un budget alloué à chaque député afin de financer ou des investissements au bénéfice d’associations, de collectivités territoriales ou autre.

Un député a la possibilité de proposer l’attribution de subventions à hauteur de 130 000 euros en moyenne, la modulation de la répartition entre les députés relevant de chaque groupe politique. Les membres du Bureau de l’Assemblée nationale disposent d’une réserve de 140 000 euros, les vice-présidents de l’Assemblée nationale, les questeurs, les présidents de groupe, les présidents de commission disposent de 260 000 euros, le Président de l’Assemblée nationale de 520 000 euros. Le montant de la réserve institutionnelle de l’Assemblée nationale a été fixé en 2014 à 5,5 millions d’euros.

Des questions se posent :
– Est-ce le rôle des parlementaires (législatif) de se substituer aux collectivités locales dont c’est la mission.
– A la vue de la répartition entre les élus en fonction de leur importance au parlement (de 130.000€ le simple député à 520.000€ pour le président de l’assemblée) il en résulte une inégalité de territoire. Les citoyens ne sont pas traités de la même façon en fonction de l’importance du député de leur circonscription.
– Y a t-il un risque de clientélisme ?(j’arrose les associations avant une élection locale par exemple).

Continuer la lecture de LA RESERVE PARLEMENTAIRE

Pierre Joxe: «Je suis éberlué par cette politique qui va contre notre histoire»

Abonnez-vous à Médiapart  (Notre cadeau 1 mois d’abonnement offert « Envoyez-nous votre adresse mail et nous vous parrainerons !! »)

Dans un entretien à Mediapart, Pierre Joxe, plusieurs fois ministre de Mitterrand et grande figure socialiste, n’a pas de mots assez durs pour dénoncer le gouvernement et le projet de loi dit Macron, une entreprise de « déconstruction du droit social ».